22 avr.-1 juil. 2019 Paris (France)

Axe 1. Chercheurs associés : sujets divers proposés par les départements > Jeux, Loisirs, Pratiques amateurs

8. L’édition vidéoludique française

Le Département son, vidéo et multimédias détient une collection de jeux vidéo constituée à partir du milieu des années 1990, quand le dépôt légal fut étendu à cette catégorie de documents, et enrichie depuis quelques années par des acquisitions de titres plus anciens visant à renseigner les débuts de l'édition vidéoludique.

Or, si l’importance du jeu vidéo d'un point de vue économique comme culturel est maintenant reconnue, le rôle joué par la France dès le début des années 1980 est encore bien souvent ignoré tant ce secteur d'activité est traditionnellement associé aux grandes sociétés américaines ou japonaises.

Le fonds conservé par la BnF, au vu de son mode de constitution, est une source de première importance pour étudier cette production française encore méconnue. Il s’agirait de recenser les diverses entités (éditeurs, studios de développement) françaises ayant œuvré dans ce domaine et de dresser le catalogue de leurs titres publiés ou abandonnés, ce qui permettrait, par la même occasion, de réunir des informations et des témoignages sur des sociétés dont beaucoup ont disparu au début des années 2000. L’édition vidéoludique du début des années 1980 a été défrichée par Benjamin Barbier, chercheur en résidence de 2013 à 2016, qui a permis d'organiser en 2016 les premières séances d’un cycle de conférences sur les pionniers du jeu vidéo français.

Volumétrie : quelques milliers de documents conservés dans les fonds de documents électroniques du service multimédias du Département son, vidéo et multimédias.

Pistes de recherches : l’étude pourra porter aussi bien sur les acteurs qui furent à l’origine de cette production vidéoludique que sur les titres eux-mêmes, dont l’analyse pourrait conduire à définir une spécificité française. Dresser l’inventaire des titres édités permettrait, par ailleurs, d’aider à définir la politique d’acquisition rétrospective et à estimer le niveau de complétude des collections.

Contact : Pascale Issartel, directrice du Département son, vidéo et multimédias

Mél : pascale.issartel@bnf.fr

Référent scientifique : Élodie Bertrand, cheffe de section documents électroniques

Mél : elodie.bertrand@bnf.fr

 

9. Le fonds Bertin Blondel sur les problèmes d’échecs

Entré en don au Département sciences et techniques en 2013, le fonds Bertin Blondel rassemble une très importante collection concernant la composition échiquéenne (problèmes d’échecs, échecs féériques).

Ce don est composé d’une double collection. En premier lieu, celle de Jean Bertin (1901-1988), ancien joueur d’échecs, qui publia des ouvrages d’initiation aux problèmes d’échecs. En second lieu, la collection a été poursuivie et augmentée par Denis Blondel (1956-2012). Compositeur de problèmes d’échecs, juge international pour la composition échiquéenne, il a successivement fondé la revue Rex Multiplex, consacrée aux échecs féeriques, au début des années 80, puis la revue Phénix en 1988. Il participa également activement à la rédaction et à l'édition de l'Album FIDE, recueil des meilleurs problèmes d'échecs mondiaux paraissant tous les trois ans.

Par son niveau de spécialisation, le don offre un panorama important de l’émergence et de la pratique du problème d’échecs et des échecs féeriques en France et en Europe pendant tout le XXe siècle.

Volumétrie : le fonds rassemble plus de 1 400 livres et près de 200 revues aux états de collection très disparates. Le fonds contient également des documents de littérature grise (tels des recueils de compétition de composition échiquéenne). Il est multilingue, de nombreux ouvrages provenant de l’Europe Centrale ou de Russie, mais aussi des pays du Nord de l’Europe.

Pistes de recherche : le fonds pourrait être étudié pour lui-même (typologie documentaire, multilinguisme, classement, etc.). Il peut aussi servir de support à des recherches sur l’histoire de la composition échiquéenne ou sur le jeu d’échecs plus largement.

Contacts : Michel Netzer, directeur du Département sciences et techniques

Mél : michel.netzer@bnf.fr

 

10. Les jeux de société

Alors que la BnF offre un reflet privilégié de l’édition grâce au dépôt légal, l’édition de jeux de société, qui existe depuis plus d’un siècle et demi et connaît aujourd’hui un très grand succès commercial touchant tous les publics, n’est étonnamment l’objet d’aucun dépôt légal. Le jeu de société a pourtant été collecté par divers départements de la BnF, à diverses époques : cartes à jouer au Département des estampes et de la photographie ; jeux de rôle au Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme ; jeux avec matériel audiovisuel au Département son, vidéo et multimédias, etc.

Or, l’édition commerciale est un miroir de la société : le succès que rencontrent aujourd’hui les jeux de société peut s’expliquer notamment par les évolutions sociétales (virtualisation des interactions, etc.). Mais comment documenter ces évolutions à travers cette forme éditoriale si elle ne fait l’objet d’aucune « patrimonialisation » ? L’objet de la recherche consistera donc à :

  • d’une part, faire un inventaire raisonné de cette collection (identification des marques, références, éditeurs, auteurs, date de publication…) ;
  • d’autre part, mener une investigation sur les autres fonds disponibles dans d’autres structures, patrimoniales ou non, publiques ou associatives, y compris à l’étranger.

Contact : Pascale Issartel, directrice du Département son, vidéo et multimédias

Mél : pascale.issartel@bnf.fr

Référent scientifique : Xavier Sené, adjoint à la directrice du Département son, vidéo et multimédias

Mél : xavier.sene@bnf.fr

 

11. Les cinéphilies à l'heure d'internet

Dans le cadre du dépôt légal de l’internet français (cf. infra le thème « Internet »), la BnF a archivé depuis presque dix ans de nombreux contenus en ligne qui participent d'une mutation des cultures cinéphiliques. Blogs de critiques, notation et discussion des films par les spectateurs, partage d'extraits et de teasers, détournements et parodies... traduisent une transformation du rapport aux œuvres, au vedettariat, aux références canoniques, etc. Ces objets pourraient être analysés suivant une approche tant historique que sociologique ou textuelle.

Volumétrie : 1 400 sites sur le cinéma collectés dans le cadre d’une collecte « ciblée », complétés par d’autres sites collectés dans le cadre de la collecte « large » (cf. infra le thème « Internet »).

Pistes de recherche : structuration d'un espace de discussion cinéphilique sur le web et ses lieux ; articulation entre promotion, critique et discussion ; modalités de l'écriture sur le cinéma et en particulier l'utilisation de l'image (fixe et vidéo).

Contact : Pascale Issartel, directrice du Département son, vidéo et multimédias

Mél : pascale.issartel@bnf.fr

Référent scientifique : Alain Carou, chef du service images

Mél : alain.carou@bnf.fr

 

12. Les revues horticoles

Depuis deux siècles, l’art des jardins rencontre un grand intérêt auprès du public. Cela a donné lieu à la naissance de sociétés puis d’associations horticoles, dont un des buts est la parution d’une revue ou d’un bulletin annonçant leurs activités ou les dernières productions horticoles. Grâce au dépôt légal, la BnF possède ainsi plusieurs centaines de revues horticoles, essentiellement dans les cotes S (Département sciences et techniques) et JO (Département droit, économie, politique). Leur couverture géographique, leur spécialisation, leur durée de vie sont fort variables. Le catalogage de ces revues, très inégal, ne peut que profiter d’une étude de ce fonds. La numérisation de ces revues mériterait également d’être élargie.

Volumétrie : plusieurs centaines de titres.

Pistes de recherche : les revues horticoles sont une mine d’informations sur un milieu professionnel, social, culturel, comme l’a montré une présentation de la Société d’horticulture de Nancy : http://www.hortalia.org/2017/11/13/fenetre-jardins-podcasts. Plusieurs approches sont donc envisageables : statistique, typologique, prosopographique, etc. Ce sujet est soutenu par la Société nationale d’horticulture de France, partenaire actif de la BnF via sa bibliothèque numérique (Hortalia) et les journées d’étude qu’elle organise avec le soutien de la BnF.

Contacts : Michel Netzer, directeur du Département sciences et techniques

Mél : michel.netzer@bnf.fr

Personnes connectées : 1